Devrez-vous détruire la moitié de vos listes d'envoi le 1erjuillet prochain

Comment sauver vos listes d’envoi le 1er juillet prochain ?

Il y a 3 ans, alors que la Loi Canadienne anti-pourriel était sur le point d’entrer en vigueur, nos boîtes de courriel étaient noyées sous les messages des entreprises qui nous demandaient de consentir à recevoir leur message. Comme nous l’avions expliqué à l’époque, ces messages étaient non seulement une nuisance pour ceux qui les recevaient, mais également inefficaces et inutiles.

Une nuisance car chaque jour qui passait voyait le nombre de ces messages se multiplier et augmenter la frustration des destinataires vis à vis des entreprises qui les envoyait.

Inefficaces car avec des taux de clics qui se situaient entre 10 et 20%, les entreprises qui ont envoyé ces messages ont du supprimer 80 à 90% de leurs listes d’envoi lorsque la Loi C28 est entrée en vigueur.

Enfin inutiles car la Loi antipourriel prévoit explicitement que les entreprises qui entretenaient une relation d’affaires avec des contacts via des messages électroniques avant l’entrée en vigueur de la Loi, disposaient de 3 années pour aller chercher un consentement qui respecte la nouvelle réglementation.

La fin de la période de transition

Pourquoi en parler aujourd’hui ? Parce que cette période de grâce de 3 ans se termine le 1er juillet prochain et que cela va avoir un impact important sur vos listes.

En effet, à partir du 1er juillet 2017, vous n’aurez plus le droit d’envoyer de messages électroniques (ni infolettre, ni SMS, ni courriel, ni message sur les réseaux sociaux) à vos contacts qui vous avaient donné un consentement avant que la LCAP n’entre en vigueur (en s’abonnant sur votre site par exemple) et qui ne l’ont pas renouvelé depuis. Selon les entreprises, cela représente entre 50 et 75% des listes d’envoi actuelles.

Face à cela vous avez essentiellement trois options :

  • Ne rien faire et croiser les doigts : Dans ce cas, ne vous posez plus la question si vous risquez d’avoir une amende ou non, mais plutôt de quand vous allez la recevoir et comment vous allez faire pour la payer. En effet, le 1er juillet 2017 marque également la fin de la période de transition, ce qui signifie que le nombre d’amendes va se multiplier rapidement par la suite.
  • Attendre le dernier moment pour envoyer à tous une demande de consentement. Une copie de ces messages nuisibles, inefficaces et inutiles de 2014. Si en 2017, ils ne seront plus inutiles, sachez qu’ils restent tout aussi nuisibles et inefficaces pour les mêmes raisons. Avec un peu de chance, cela vous permettra de ne supprimer que 40% de votre liste d’envoi au lieu de 50%.
  • Lancer un plan de mise à niveau des consentements, une composante fondamentale de tout programme de conformité à la Loi Canadienne anti-pourriel.

Mettre à niveau vos consentements

Qu’est-ce qu’un plan de mise à niveau de consentements ?

C’est une méthode qui permet de s’assurer que les consentements de nos contacts sont toujours actifs et exploités pleinement. Pour monter un tel plan, il vous suffit de :

  1. Segmenter votre base de contacts par type de consentement (consentements antérieurs à la Loi C28, consentements explicites, consentement implicites clients, consentements implicites demande d’information, etc.).
  2. Déterminer la date d’expiration des consentements pour chaque segment autre que les consentements explicites
  3. Identifier les actions à mettre en oeuvre pour amener ces personnes à offrir un consentement explicite avant que leur consentements implicite expire
  4. Suivre les résultats et optimiser le plan en fonction

Quelles sont les actions que vous pouvez prendre ?

Il n’y a pas de message type qui vous garantisse un bon résultat car ces actions dépendent clairement du contexte de votre entreprise. Quel votre domaine d’affaires ? Combien de contacts sont dans vos listes ? Quel type de contenu leur envoyez-vous et à quel rythme ? Quel sont vos taux d’ouverture et de clic dans vos envois ?

D’ailleurs, il faut vous attendre à poser plusieurs actions successives pour espérer convertir une proportion importante de vos contacts.

Voici quelques exemples des actions à prendre :

  1. Envoyer une promotion (coupon gratuit, rabais exceptionnel, etc.) pour lesquels les gens doivent remplir un formulaire dans lequel vous ajouterez une case optionnelle du type « Je souhaite recevoir les prochaines promotions exclusives ».
  2. Annoncer un avant-goût des contenus intéressants que vous aller publier dans les prochains mois et inciter les personnes à cliquer pour s’assurer qu’ils reçoivent ces contenus.
  3. Inviter vos contacts à mettre à jour leur profil afin de recevoir des contenus plus pertinents et leur offrir un formulaire à cette fin dans lequel il y aura une case « Je souhaite continuer à recevoir les informations de la compagnie XYZ »

Bref, tout ce qui pourra mettre l’emphase sur la valeur de vos contenus pour le destinataire et l’incitera donc à s’assurer de continuer à les recevoir.

Dans tous les cas, prévoyez de faire plusieurs envois itératifs aux deux ou trois semaines. Si chaque envoi vous permet d’aller chercher 20% de consentements, il vous en faudra 5 pour convertir tout le monde ! En regardant les résultats de chaque envoi et en adaptant l’approche à chaque fois, vous augmenterez le taux de succès.

Ce qu’il faut éviter, c’est de faire un message formel au sujet de la Loi. Vous savez ce style de message rédigés par des avocats qui pullulaient dans nos boîtes courriels en 2014. Pourquoi il faut éviter ce type de messages ? Parce qu’ils font peur et que la peur n’est surement pas l’émotion que vous voulez faire ressentir à vos clients. De plus la peur tend à paralyser les gens et les empêche d’agir or vous voulez qu’ils agissent en remplissant votre formulaire. C’est pour cette raison que ces messages n’obtenaient que 10 à 20% de taux de clic en 2014.

Ce type de message doit être utilisé uniquement en dernier recours quand vous avez essayé toutes les autres méthodes et que vous êtes sur le point de supprimer l’adresse de votre liste d’envoi.

Au moment où j’écris cet article, il ne vous reste que 89 jours pour réaliser la mise à niveau de vos consentements avant qu’ils expirent, c’est peu pour planifier, réaliser et analyser quatre ou cinq envois différents. Il est donc temps de passer ce dossier en tête de vos priorités.

C’est peut-être l’occasion de mettre en place le programme de conformité à la Loi C28 de votre entreprise et de bénéficier d’accompagnement tant pour mettre à niveau vos consentements que pour protéger une bonne fois pour toute votre entreprise des amendes et procès liés à la Loi Canadienne anti-pourriel. Parlez-en gratuitement et sans obligation avec l’un de nos experts .

 

2 replies
  1. Robert Grandchamp says:

    On peut-tu envoyer un genre de sondage pour … garder les contacts actifs ?
    Ou il faut aussi inclure la demande de consentement, ou qu’il remette à jour leur profil, et accepte de recevoir les courriels?

    Répondre
    • Philippe Le Roux says:

      Il y a plusieurs moyens de maintenir le contact avec ses abonnés et de mettre à jour leur consentement. Mais cela dépend vraiment du type d’entreprise, du type de relation avec les contacts et du type de communications électroniques envoyées habituellement. Cela fait partie du travail d’analyse qui est fait dans le cadre d’un programme de conformité qui permet non seulement de se conformer à la Loi Candienne anti-pourriel et de se mettre à l’abri des amendes et procès, mais également d’optimiser les communications électroniques tant en quantité qu’en qualité.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *