La première amende frappe une PME québécoise !

Dans les milieux gravitant autour de la Loi C28, beaucoup pensaient que les premières amendes ne tomberaient pas avant l’automne prochain. De la même façon, tout
le monde s’attendait à ce que le CRTC se concentre sur de grandes entreprises aux reins solides. En annonçant, il y a quelques minutes, l’émission d’un premier procès verbal accompagné d’une amende salée à une PME québécoise, le CRTC a pris un peu tout le monde par surprise.

Une amende exemplaire

Selon le communiqué de presse émis ce matin par le CRTC, c’est une entreprise de Morin-Heights, 3510395 Canada Inc. faisant affaires sous le nom de Compu-Finder qui a reçu le premier procès verbal de violation de la Loi C28. Ce procès verbal comportant une amende de 1,100,000 $ !

Compu-Finder, qui utilise également les noms Académie de gestion et, depuis deux jours, ACF Management, est une entreprise d’une quinzaine d’employés qui offre des cours de formation pour les entreprises et qui a toujours fait appel à des méthodes commerciales contestables pour recruter ses clients. Conscient de l’impact qu’aurait la première amende en vertu de cette loi qui a fait couler beaucoup d’encre depuis son vote en 2010, le CRTC a trouvé un coupable parfait pour lequel personne ne déchirerait sa chemise.

Un harcèlement qui dure depuis des années

Compu-Finder est réputée depuis des années pour harceler de pourriel les dirigeants d’entreprises à travers la province en utilisant des méthodes dignes des polluposteurs russes les plus aguerris. J’ai moi-même subi leurs envois intempestifs dans le passé et essayé en vain de me désinscrire plusieurs fois de leurs listes qui me suggéraient régulièrement de suivre leur formation pour devenir ‘une adjointe irremplaçable ».

J’ai tout fait pour me débarrasser de cette nuisance :

  • utiliser leur formulaire de désinscription,
  • envoyer des courriels demandant à faire retirer mon adresse de leurs listes,
  • même appeler sur leur ligne 800.

Tout ça en vain : les nombreuses promesses que mon adresse serait enlevée de la liste n’étaient que mensonges et je continuais à recevoir leurs pourriels comme des dizaines de milliers d’autres dirigeants de PME.

Une compagnie dont les mauvaises pratiques sont de notoriété publique

Et je n’étais pas le seul à me plaindre.

Cela fait des années que les médias dénoncent le pollupostage de Compu-Finder. Ainsi dès 2008, Nelson Dumais, chroniqueur de La Presse faisait un billet sur les détestables méthodes de Compu-Finder puis en 2010 sur le témoignage d’une ancienne employée dénonçant la culture d’affaires douteuse de la compagnie. De son coté, en 2011, Protégez-vous prenait Compu-Finder comme exemple pour illustrer la pertinence de la Loi C28.

D’ailleurs, le CRTC a mentionné que CompuFinder faisait l’objet de 26% des 245,000 plaintes que le CRTC a reçu à travers le Canada depuis l’entrée en vigueur de la Loi C28. Le fait qu’une PME du Québec ait pu générer plus de 63,000 plaintes en quelques mois est révélateur du niveau de harcèlement qu’ils font subir à la communauté.

L’entreprise qui s’était déjà faite connaître à la fin des années 90 en saturant les télécopieurs des entreprises a également une très mauvaise réputation dans le service à une clientèle souvent obligée d’aller devant les tribunaux pour obtenir la formation payée que son remboursement.

Il reste maintenant à voir si ce procès verbal sera pris au sérieux par ACF Management, vu que cela semble être leur nouvelle marque de commerce, probablement pour réduire l’impact réputationnel de la couverture de presse que va leur donner l’amende du CRTC. Ceux qui pensent qu’il leur suffit de fermer l’entreprise pour repartir sous un nouveau nom oublient que la Loi C28 prévoit que les dirigeants et administrateurs, soit le couple Sylvie Pagé et Alain Guyot, le couple propriétaire de l’entreprise, sont PERSONNELLEMENT responsables des violations qu’il ont ordonné, autorisé ou consenti.

Vont-ils cesser leur stratégie de pourriel ? Vont-ils contester le procès verbal ? Vont-ils tenter de négocier une entente amiable autour d’une amende plus faible ? Nous y verrons plus clair dans 30 jours lorsqu’expirera le délai légal dont dispose CompuFinder pour contester le procès-verbal du CRTC.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *